accueil description tarifs contact

biographie du Baron

établie par M. Jean Noël POIRON

SOULIER* Jean-Antoine, baron

Général de brigade – Infanterie – 8Yd 1 326

GENERALAT

Général de brigade d’infanterie le 06/08/1811

Né le 19 février 1766 à GANGES
Décédé le 14 avril 1835 à GANGES

Natif de Ganges, il entre au service à 26 ans comme capitaine au 1er bataillon de Volontaires de l’Hérault.

Incorporé en octobre 1793 dans la 129ème demi-brigade de bataille. Cette unité sera versée dans la 21ème de ligne, et prendra par la suite le n° 32.

Il sert aux Armées du Var, d’Italie de 1792 à 1797.

Il prend part aux combats de Gilete* (19/10/1793), de Millesimo (13/04/1796), au passage du col de la Planetta, de Saint Jacques, de Terzano, à la prise de Cherasco (25/05/1796), à la prise de Milan, au sac de Pavie, au passage du Pô sous Plaisance (07/05/1796), à la bataille de Lodi (10/05/1796).

Il est blessé d’une balle qui lui traverse la cheville du pied droit le 03/08/1796 à Lonato.

En mai 1798, il embarque à Toulon pour l’expédition d’Égypte. Il prend part au siège et à la reddition de Malte (10 au 12/06/1798).

Il prend part à la prise d’Alexandrie (02/07/1798), au combat de Chebreiss (13/07/1798), à la bataille des Pyramides (21/07/1798), et à la prise du Caire (24/07/1798).

Il fait partie de l’expédition de Syrie. Il est au combat d’El Arisch (15/02/1799), au siège et à la prise de Jaffa (08/03/1799), au combat de Naplouse, au siège de Saint Jean d’Acre (avril à mai 1799), et à la bataille du Mont Thabor (16/04/1799). Au mois de juin, il est adjoint à l’état-major du général Rampon.

Il est à la reprise du fort d’Aboukir (02/08/1799). Il est nommé chef de bataillon le 17 août suivant. Il part en expédition contre les Arabes qui désolent les provinces septentrionales.

Il est à Héliopolis (20/03/1800) et est nommé par Kléber commandant de la province et de la ville de Mansourah.

A la bataille de Canope (21/03/1801), s’étant jeté avec intrépidité dans les fossés du camp retranché anglais, il est blessé d’un coup de pierre et fait prisonnier.

De retour en France en 1802, après la signature du Traité de Lunéville, il prend le commandement du dépôt de l’Armée d’Orient à Nîmes.

Il rejoint ensuite son régiment dans la 1ère division militaire (Paris).

Le 30/12/1802, il est nommé chef de brigade du 10ème de ligne.

Il passe à l’Armée d’Italie, dans la 2ème division du Général Verdier (07/10/1805). Il est à l’affaire de Castel-Franco le 23 novembre suivant.

En 1806, il est employé à l’Armée de Naples. Il y servira jusqu’en 1810. il sert aux sièges de Gaète (juillet 1806), de Venise, et à la pacification des Abruzzes.

Nommé général de brigade le 16/08/1811. Il est envoyé au corps d’observation de réserve de l’Armée d’Espagne. Il prend la commandement de la Navarre sous Reille.

Le 05/02/1812, à la tête d’une colonne mobile de 1.500 hommes, et de 180 chevaux, il est attaqué à Sanguessa par Mina qui dispose d’une force de 5.000 fantassins, 1.000 chevaux et 2 canons. Il soutient durant plusieurs heures un combat acharné. Il met 840 hommes hors de combat, et ne se replie qu’après avoir épuisé toutes ses munitions. Il est blessé dans cette action de deux coups de feu au bras droit.

Le 9 juillet suivant, il attaque à l’improviste les bandes réunies de Longa et Conquillo. Il les met dans une déroute complète avec une perte de 300 hommes tués ou blessés, et s’empare de 500 fusils anglais et d’une grande quantité de munitions.

Le 27 juillet suivant, il enlève à la baïonnette près d’Artela une position défendue par 5.000 hommes des bandes de Longa, Pinto et Mugatesqui, tuant ou blessant 800 hommes, en capturant 40, dont 10 officiers.

Le 27 août 1812, il est au siège et à la prise de Bilbao.

Le 25 août 1813, il rejoint le corps d’Observation de l’Armée d’Italie, et fait toutes les opérations de cette armée dans le Tyrol et lors de la retraite sur le Tagliamento. Il commande la 1ère brigade de la 1ère division d’infanterie du général Quesnel au corps de droite de l’armée d’observation d’Italie commandé par le général Verdier sous le prince Eugène.

Le 19 octobre 1813, en position à Ospidaletto, il reçoit le 24 octobre l’ordre de se replier sur Saint Daniel. Alors qu’il atteint cette position, il est attaqué. Il effectue un mouvement rétrograde en bon ordre et presque sans perte. Sous la protection du fort d’Osoppo, il passe le Tagliamento le 25, et s’établit à Spilimbergo où il se maintient contre des forces supérieures.

Le 1er novembre 1813, il permute avec le général Campi et commande la 2ème brigade de la division commandée par le général Grenier sous le prince Eugène.

Il est remplacé par le général Forestier au cours dans la première quinzaine de décembre 1813 et se rend à Alexandrie.

1814, commande la 2ème brigade de la 1ère division du général Gratien à l’armée de réserve sous le prince Borghèse à Plaisance au 15 février 1814 (État de situation de la division Gratien).

Employé sous le général Severoli le 07 mars, il passe à la division Maucune le 9 mars suivant.

Il commande la 2ème brigade d’infanterie du corps détaché de droite de l’armée d’Italie sous le général Maucune au 1er avril 1814 (livret de situation).

Il combat vaillamment contre les troupes napolitaines de Murat, et prend une part active à la victoire du Taro le 13 avril.

Commande la 2ème brigade de la 1ère division de réserve du général Maucune à l’armée d’Italie sous le général en chef Grenier au 1er mai suivant. (livret de situation)

Sa division étant dissoute le 4 mai 1814, il est placé comme disponible à l’état-major général de l’armée et détaché à Turin pour y surveiller l’évacuation des troupes au 15 du même mois. (Livrets de situation)

Il rentre en France après l’abdication de Napoléon, avec les troupes du général Grenier le 20 juin, et est placé en non activité le 24 juillet 1814.

Aux Cent-Jours, il rallie Napoléon, qui le met à la disposition du général Delaroche. Il est chargé de l’organisation de la levée de gardes nationales dans le département du Mont-Blanc.

Il formera 7 bataillons, à la tête desquels il fit campagne, dans la 1ère brigade de la 5ème division de réserve du général Chabert au 7ème corps d’observation sous le maréchal SUCHET le 10 mai 1815 devenu armée des Alpes au 10 juin 1815.

Rentré dans ses foyers au licenciement de l’armée, il est placé en non activité le 1er août 1815. Placé en disponibilité le 30 décembre 1818, il est admis à la retraite le 01 janvier 1825.

Il décède à Ganges le 14 avril 1835 à l’âge de 69 ans.

ETAT DE SERVICE

02/10/1791 : Capitaine au 1er Bataillon de Volontaires de l’Hérault.

22/10/1793 : Passe dans la 129ème demi-brigade de bataille.

04/03/1796 : Suite à l’amalgame, son unité est versée dans la 21ème de ligne.

25/05/1796 : Son unité devient la 32ème de ligne par tirage au sort.

19/05/1798 : Embarque à Toulon pour l’Égypte au sein de la 32ème de ligne.

Juin 1799 : Adjoint à l’état-major de Rampon.

17/08/1799 : Chef de bataillon.

20/03/1800 : Commandant de la province de Mansourah.

21/03/1801 : Fait prisonnier à la bataille de Canope. Ne sera rendu qu’en 1802.

30/12/1802 : Chef de brigade du 10ème de Ligne.

07/10/1805 : A la 2ème division sous Verdier à l’Armée d’Italie, puis à l’Armée de Naples en 1806.

06/08/1811 : Nommé général de brigade. Envoyé en Espagne au corps d’observation de réserve de l’armée d’Espagne.

25/08/1813 : Rejoint le corps d’observation de l’Armée d’Italie.

10/10/1813 : Commande la 1ère brigade de la 1ère division d’infanterie du général Quesnel au corps de droite de l’armée d’observation d’Italie commandé par le général Verdier sous le prince Eugène.

01/11/1813 : Commande la 2ème brigade de la division.

04/11/1813 : Commande

20/06/1814 : Rentre en France avec les troupes du général Grenier.

24/07/1814 : En non activité.

01/081815 : En non activité.

30/12/1818 : En disponibilité dans le cadre de l’état-major général de l’armée.


CAMPAGNES

Armée du Var et d’Italie et d’Helvétie : 1792 – 1797.
Armée d’Orient : Égypte - Syrie de 1798 – 1801 .
Armée d’Italie : 1804 - 1805
Guerre d’Espagne : 1811 - 1812
Corps d’Observation de l’Armée d’Italie : 1813 – 1814.
Armée des Alpes sous Suchet : 1815


BLESSURES

Reçoit une balle au pied droit à Lonato (Italie) le 3 août 1796.

Atteint par une pierre à la tête à la bataille de Canope (Égypte) le 21 mars 1801.

Blessé de deux coups de feu au bras droit au combat de Sanguessa (Espagne) le 5 février 1812 .

HONNEUR & TITRES

Chevalier de la Légion d’Honneur le 19 frimaire An XII. (11/12/1803)

Officier de la Légion d’Honneur le 25 prairial An XII. (14/06/1804)

2.000 francs de rente annuelle sur le département du Trasimène le 15/08/1810.

Commandant de la Légion d’Honneur le 28 juin 1813.

Chevalier du Mérite militaire le 10 décembre 1814.

Chevalier le 18 mai 1818 et Commandeur de l’ordre royal des Deux-Siciles le 20 juin 1818 en témoignage de satisfaction pour sa modération montrée lors de son séjour dans les provinces napolitaines où il avait exercé un
commandement.

Créé Baron de l’Empire comme général de brigade par lettres patentes du 1erjanvier 1813.

Blason 


 
D’argent à une épée de gueules en pal, à la fasce d’azur brochante et chargée de trois étoiles d’or, au franc quartier des barons militaires.

 

 

UNION & DESCENDANCE


Marié à Louise Cécile Randon, dont 1 fils

Pierre Antoine Charles, baron Soulier, né le 3 janvier 1826
et décédé le 25 juillet 1844.

RENVOIS

*Soulié sur son acte de décès.

*Le général Dugommier avec un millier d’hommes prend la ville de Gilette occupée par 4.000 Autrichiens, Croates & Piémontais. Il culbute les Austro-Sardes qui évacuent la place en abandonnant 700 prisonniers et toute leur artillerie.

SOURCES :

Les Généraux de Napoléon – TRADITION MAGAZINE – HS n° 25 – A. PIGEARD.

Dictionnaire Biographique des Généraux & Amiraux Français de 1792 à 1814 – G. SIX.

Fiches établies par MM POULIQUEN & DUMONT à partir des états du SHD – Six – Quintin – Revollet.

Armorial du 1er Empire.

Les fastes de la Légion d’Honneur.

Dictionnaire historique et biographique des généraux français au XIème siècle à 1822 – Chev. De Courcelles.

La noblesse d’Empire – J. TULARD

La Patrie en danger 1792-1793 – J. Tranié & J.C. Carmigniani – Lavauzelle

Etat-civil de la Mairie de Ganges.

 

Biographie établie par M. Jean Noël POIRON,
publiée avec son aimable permission
















































































































































































































































































 Accueil
lettre à un touriste et ami
description du gîte
tarifs et promotions
activités et détours
contact et réservation
situation






Version -




LE LOGIS DU BARON, 1 Place des Halles, F-34190 GANGES en Cévennes
Tel. + 33 (0)6 1497 2630        Email : logisdubaron@@@gmail.com

Gîte Cévennes-Habitat, dans la demeure historique du Baron d'Empire Jean Antoine SOULIER